Millésimes

2016

Ou les bonnes surprises d’un millésime.
Après un hiver très humide, des fortes gelées le 27 avril ont causé des dégâts importants, particulièrement en appellations Premiers Crus et Grands Crus. Un printemps maussade, froid et pluvieux a freiné le redémarrage de la vigne. En juin, la vigne a cependant comblé son retard et la fleur se déroule dans de bonnnes conditions. Les mois de juillet et août sont secs et la chaleur s’installe véritablement à partir du 14 juillet pour atteindre des températures autour de 30°C jusqu’aux premiers jours de septembre. Nous avons commencé les vendanges le 26 septembre sous un temps ensoleillé et chaud.
La récolte reste petite en quantité mais avec raisins très mûrs et sains. Ils donnent aujourd’hui des vins particulièrement colorés et gras.
2016 est vraiment le millésime des belles surprises, à la fois différent et splendide rival du 2015. Il comblera les amateurs de grands vins respectueux du caractère de leur millésime.

2015

C’est une année précoce, belle sortie de raisins, passage rapide de la fleur, canicule assez longue, l’été est très sec.
Ce qui donne de petits raisins et des peaux épaisses.
Grâce aux pluies importantes entre le 10 et le 20 août, cela nous a permis de faire des rendements corrects, les vendanges se sont déroulées du 3 au 11 septembre sous un beau soleil, il faisait 25 degrés et il y avait un petit vent agréable.
Belle maturité, PH parfaits, les vins sont puissants, ce sera un grand millésime.

2014

L’hiver est pluvieux, le printemps chaud et sec, grâce à la chaleur du mois de juin, la fleur passe très vite. Le mois de juillet est humide et le beau temps s’installe mi-août.
Début septembre est ensoleillé et chaud et les nuits sont douces. Les vendanges ont lieu du 12 au 19 septembre.
Les vins : Les vins sont surprenants, dotés d’une belle qualité de tanins. Ils sont gourmands et flatteurs.
L’expression du pinot noir dans toute son élégance.

2013

En mars-avril, la température est élevée pour la saison. La vigne démarre tôt et pousse régulièrement. Mais au mois de juin, une période de froid s’installe pendant 3 semaines ce qui retarde la pousse de la vigne.
L’été est froid et humide, il faut attendre au 10 septembre pour que le beau temps s’installe pendant 3 semaines. Ce qui aidera le raisin à murir.
Les vendanges débutent le 3 octobre, durent 10 jours sous un temps frais et humide.
Les vins : Malgré une météo capricieuse, nous découvrons de belles surprises dans les 2013, les tanins sont souples, soyeux et mûrs.
On remarque une belle concentration de fruits rouges, c’est un bon millésime que l’on peut boire jeune car il est très flatteur et grâce à ses belles acidités, il sera de grande garde.

 2012 : plus de peur que de mal !

Un printemps inhabituel
Avec un démarrage de printemps précoce, la vigne a débourré très vite mi-avril. Puis une période de froid s’est installée ce qui a ralenti le cycle végétatif. Pendant la période de floraison, un temps froid et humide a persisté, provoquant la coulure de la grappe et limitant donc fortement la récolte. La pleine floraison s’est déroulée autour du 12 juin, ce qui laissait prévoir les prochaines vendanges fin septembre.
Une fin d’été salvatrice
De fin juin à mi juillet, les nombreuses pluies ont engendré de fortes pressions de mildiou, nous obligeant à beaucoup de vigilance et d’observation dans les vignes afin d’enrayer le développement des maladies. Puis le temps s’est heureusement amélioré mais les nuits froides ont favorisé une poussée de l’oïdium. Là encore, nous devrons intervenir souvent à la vigne afin de préserver l’état sanitaire des raisins. Fin août, le beau temps retrouvé permet aux raisins de mûrir tout en s’assainissant.
Une récolte de qualité, un beau millésime en perspective
Les vendanges démarrent le 22 septembre sous une météo capricieuse. Cependant, nous sommes agréablement surpris par la qualité de la récolte. Nous faisons peu de tri, beaucoup de grappes portent des raisins millerandés, les taux de sucre naturel sont très élevés, les tanins sont mûrs, les premières analyses montrent un raisin équilibré.
Après une macération à froid d’une semaine, nous remarquons très vite l’intensité des couleurs, en rouge comme en blanc. Les vinifications se déroulent assez rapidement et facilement. Les arômes fruités et frais augurent un beau millésime. Les tannins sont très élégants. Les vins montrent une belle densité, ils sont longs en bouche et dévoilent un fruité intense et charnu.
Force est de reconnaître que 2012 est petit en quantité mais grand en qualité.

2011 : précoce et prometteuse !
La vigne a débourré très tôt et l’évasivage a débuté le 26 avril. La chaleur et la sécheresse des mois d’avril, mai et juin ont provoqué un phénomène de filure du raisin. La pousse de la vigne s’est donc mise au ralenti ce qui pouvait laisser craindre des petites grappes et une petite récolte. Heureusement, à ce stade du développement de la vigne, aucune maladie ne s’est installée et l’état du feuillage est resté vraiment correct.
Puis à partir du 20 juillet, la pluie est tombée pendant un mois et l’eau s’est accumulée dans les vignes. Il devenait alors urgent d’intervenir au vu de l’état sanitaire dégradé de quelques parcelles. Afin de préserver la récolte, une équipe s’est activée pour couper le raisin abîmé ; un effeuillage a permis aussi aux raisins de respirer. Tout était sous contrôle en moins de 3 semaines.
Le temps s’est remis au beau, la chaleur et le soleil ont favorisé la maturité. Le 1° septembre, la récolte pouvait commencer. Une première équipe de vendangeurs a trié soigneusement les raisins sur place. Une deuxième équipe a contrôlé à nouveau les raisins qui arrivaient en cuverie sur la table de tri.
Au final, les vins présentaient une très bonne maturié phénolique et un excellent équilibre acidité/alcool. Ils étaient colorés, fruités, avec des tanins soyeux et bouche longue et croquante.
En janvier 2012, à ce stade de vinification, les fermentations malolactiques n’ont toujours pas démarré, ce qui est un très bon signe pour l’ampleur des vins.
En conclusion, et au regard de cette météo complexe de l’été 2011, force est de reconnaître que nous sommes agréablement surpris par la qualité de ce millésime. Celui-ci s’annonce très prometteur. On ne le répètera jamais assez, notre vigilance et la rigueur de notre travail apportée toute l’année à la vigne nous permettent aujourd’hui d’espérer signer vins tout-à-fait remarquables. 

Millésime 2010 : que des bonnes surprises !

L’hiver rigoureux et enneigé a permis aux sols de se reposer.
Puis le printemps est arrivé, ensoleillé, chaud et sec. La vigne a vite démarré sa croissance au point d’envisager des vendanges précoces.
Mais le mois de juin, froid et pluvieux, a ralenti la pousse de la vigne et entraîné une floraison perturbée qui a donné, finalement des raisins millerandés laissant augurer une petite récolte.
Juillet et août ont été des mois maussades. Il a donc fallu redoubler d’attention à la vigne pour maintenir un état sanitaire parfait des raisins. L’effeuillage a été particulièrement soigné, d’une part pour éviter la pourriture et d’autre part, pour apporter de la lumière aux raisins et favoriser ainsi leur bonne maturité. Ces travaux accomplis, toutes les conditions étaient réunies pour une vendange de très belle qualité.
Une fois encore, Septembre, avec 15 jours de grand soleil, nous a gâtés et les raisins aussi ! La récolte était surprenante par la maturité des raisins. Ils ont donné des vins très colorés et fruités, avec une belle matière riche et équilibrée et des tanins immédiatements ronds.
Tous les signes d’un millésime très prometteur et très bourguignon !

2009

« Après un bel hiver qui a favorisé le travail de la terre, le printemps fut ensoleillé ; quelques pluies ont facilité la pousse de la vigne ; il y a eu une belle sortie de raisin, en quantité suffisante et la fleur est bien passée, assez rapidement ; les grappes ont grossi régulièrement ; au 14 juillet, de gros orages inquiétants ont donné de fortes précipitations (environ 150 mm d’eau en 3 jours) ; mais par la suite cette quantité d’eau s’est avérée bénéfique pour la suite de l’été ; une période de sécheresse s’est installée jusqu’à la fin des vendanges qui se sont déroulées du 10 au 16 septembre 2009 sous un soleil chaud et clément. La qualité exceptionnelle des raisins va donner des vins structurés, équilibrés, puissants, dotés de tanins très élégants ; les robes sont très colorées et d’une belle densité ; ce sont des vins très expressifs, des notes de fruits très mûrs. Cela va donner un grand millésime.

2008 et 2007 sont des millésimes compliqués qui présentent à peu près le même profil. Le mauvais temps au printemps et en été nous a obligés à redoubler d’efforts à la vigne : effeuillage, vendanges vertes, rognage, tout manuellement car il n’était pas question d’abîmer les sols. Chez nous, on ne lésine pas sur le travail pour obtenir un raisin au top de sa qualité. En 2008, le très beau de mois de septembre a vraiment sauvé la récolte qui a commencé le 30 pour finir le 6 octobre. En 2007, on a vendangé un peu plus tôt. Ces deux millésimes ont donné beaucoup d’acide malique : les vins sont difficiles au tout début mais après fermentation malolactique, ils sont très ronds, très fruités et très longs. Évidemment, il fallait aussi faire des extractions très douces en misant sur la couleur naturelle des vins. 2008 donnera des vins encore plus fruités qu’en 2007. » 

« 2006 est un super millésime ! Le seul bémol, c’est la grêle qui nous a touchés sur le chambertin et le gevrey-chambertin premier cru. Sinon, on aurait pu faire des vins immenses. L’été fut épatant avec du soleil et des pluies fines au bon moment. Les vins sont soyeux avec des tanins complètement fondus. »

Arnaud